Entreprise


100% Massif est un atelier d’ebenisterie spécialisé de production de meubles et d’agencements en bois massif.

Atelier situé au pied du massif de la chartreuse, à la bourderie, saint joseph de rivière.

Jeune entreprise, créée début 2017, elle est l’aboutissement d’une experience professionelle des metiers du bois longue de 8 ans et de diplomes obtenus dans cette filière.

L’artisan, Elie Lombard, a obtenu en effet trois diplômes en menuiserie et un diplôme d’ebeniste. Premier prix au challenge du bois 2005 organisé par la CAPEB, Lyon eurexpo.

l’atelier, à échelle humaine, est installé dans une ancienne ferme, sur les balcons de la grande sûre. Traditionnel et authentique, on y trouve néanmoins des machines récentes et bien réglées.



le bois

Le bois: Le bois est passionant: il est naturellement une oeuvre d’art.

Matière noble par excellence, il suffit de prendre le temps pour en admirer les splendeurs. Son veinage est d’une esthetique pure, il se suffit à lui même. Il ravit le sens de la vue, régale le sens de l’odorat et caresse le sens du toucher.

L’homme préssé à oublié de l’admirer, comme toutes les splendeurs de cette nature, et de le respecter.

Souvent, nous oublions que le bois qui nous entoure, qui nous meuble ou sur lequel on marche est plus agé que nous mêmes.

Le bois est lent. Plus il l’est d’ailleurs, plus grande est sa qualité. Il nous fait la faveur de s’offrir à nous, et nous devons le respecter.

Il est des materiaux les plus performants: souple, solide, léger, économique, sain, en abondance et renouvellable à l’infini.

C’est un materiau composite: sa structure est formée de couches alternées de solides et souples. Il est incoutournable et indispensable dans notre mode de vie, et il ne laisse aucun déchet.

Il enrichit celui qui le possède.


L'Arbre

L’arbre L’arbre est une construction biologique de haute technologie, parfaite.

Il est l’être vivant le plus durable, souvent centenaire, parfois millénaire, il est en fait potentiellement immortel, si aucun coup de vent, de foudre, de secheresse, de maladie ou de hache ne vient à bout de lui.

Le plus vieux specimen est un pin brislecone, dans les rocheuses, sa graine à germée il à 5063 ans.

Il peut être multiple, clône de lui même, bouturé, lié par la racine sur des forets entières, se soudant par les branches, se greffant d’un individu sur l’autre.

Il communique via ses racines à ses congénaires moins agés son savoir accumulé depuis son temps: agressions, maladies, attaques en tout genre sont soigneusement répertoriées et communiquées aux plus jeunes individus. Le vieil arbre au millieu du potager est l’allié le plus utile de ce dernier. Il est internet avant l’heure et livre de conaîssances remarquable.

L’arbre ne sort pas de terre, il la crée: il puise dans le sol uniquement son eau et ses minéraux.

Le bois, lui, n’est que du carbonne puisé dans l’air ambiant: une fois pourri et digéré par les chamignons et les insectes, le bois devient de la terre. Il est la machine épuratrice la plus efficace: il casse la molécule de c02, rejette l’02 et stocke le carbonne.

Toute eau qui passe par ses racines y est filtrée et épurée par la vie microbienne

la structure de son tronc, à échelle comparative est plus perdormante que la plupart des materiaux, elle consiste en un empilement de cônes allongés; comme une bougie ancestrale, large et solide à sa base,

Il est plus stable que les gratte-ciels les plus modernes.il peut dépasser les 100m de hauteur, Il est souple au vent, solide pour porter une ramure lourde qui double de poids quand il pleut, ancré au sol par des fondations solides.

Ses branches charpentières défient la gravité et ses branches secondaires amènent le feuillage à une exposition optimale au soleil et à l’air ambiant. Comme un poumon. La surface d’un feuillu commun de 15 m est de 200 héctares, l’équivalent de monaco.

Il y a plus de poésie dans un seul arbre que dans toute la littérature.

Tel l’indien sage qui remercie l’esprit de la nature pour la vie qu’il vient de prendre quand il chasse le repas pour sa tribu, nous devons considérer l’importance de prendre la vie de l’arbre. Celui que l’on coupe est grand, en pleine forme, sans défauts, adulte, fort. Après s’être battu avec lui d’un combat inégal, il tombe.Nous allons nous repaître de son cadavre, le découper et l’utiliser, non pas pour satisfaire notre appétit passager, mais pour l’admirer, le mettre au pinacle


la corporation

La corporation. Depuis le XII ème siècle, les métiers sont organsés en corporation. La corporation, c’est une organisation qui regroupe plusieurs fonctions: c’est un syndicat qui veille aux interrets de la profession, elle régule les prix, organise les conditions de commrcialisation, c’est un organisme de formation professionnelle. Il y a un monopole: il faut en être pour exercer, un individu venu de nulle part ne peut pas exercer, c’est un organisme de normalisation, où il existe des rêgles techniques bien précises, une comission disciplinaire interne. Mais c’est aussi la sécu, la caisse de retraite et l’assurance chomage avant l’heure, une famille proffesionnelle donc. Les huissiers, magistrats, medecins, notaires actuels fonctionnent partiellement encore sur ce modèle: ils ont le monopole de leur profession, ils s’organisent en ordre, en justice interne… Cette structure précieuse et efficace sera balayée et remplacée par le libéralisme après la révolution française de 1789.

À la suite de l’ouverture sur le monde des conquêtes du XXVII siècle et de l’apparition des bois précieux, la corporation des ébenistes apparait en 1743. Elle se distingue de la corporation des menuisiers de grande et de petite cognée (charpenterie et menuiserie d’huis).L’on voit alors apparaître l’estampille, signature de l’ouvrage par l’ébeniste, souvent ses initiales, qui devient même obligatoire sous la régence. Vous trouverez sur mes ouvrages, estampillé au poinçon, les lettres LBD, qui attestent de mon travail.

Il était d’usage de fabriquer puis de vendre sans intermédiaire, le contaîre étant très mal vu, la profession de marchand n’existait pas ou peu car n’étant pas morale.L’usure y était interdite par l’église. La profession de marchand, non productive, était le fait d’une petite communauté connue pour y être sans pitié et spéculatrice. Il était établi, par les corporations, le juste prix. Il était, comme son nom l’indique, le prix adequat, tenant compte de tous les critères: il était juste pour l’acheteur comme pour le vendeur.

Je considère pertinent ce concept: Je fabrique sans intermédiaire pour ma clientèle, au juste prix, celui raisonnable pour vous comme pour moi. Il va de soi qu’il n’est pas négociable: plus serait vous voler, moins serait me voler! Que pensez-vous des vendeurs qui vous font -40% quand bon leur semble ou quand vient la periode des soldes, doit-on en conclure que le reste du temps ils vous abusent? Je pense que oui! Un rabais raisonnable et justifié peut être envisageable, mais s’il est énorme, cela cache quelque chose! Je considère que le travail crée de la richesse, par conséquent, quand vous utilisez de l’argent, vous utilisez le labeur de quelqu’un d’autre. Acheter à bas coût en asie ou en inde consiste à acheter la misère d’un pauvre travailleur, et d’enrichir un marchand!


fabriquer